Je savais qu’il était malade depuis plusieurs années. Je savais que c’était grave et que le pronostic vital était engagé… Mais quand la nouvelle officielle est tombée hier soir, j’ai pris une grande claque, une claque monumentale à dire vrai, un peu la même que celle que je reçus le 10 février 1978 à la sortie du premier opus de Van Halen, qui laissa à l’époque plus d’un guitariste sur le c…..
G66

imageArticle



C’était la grande époque, celle des tiffs longs et des perfectos, des premières binouzes, des clopes qui tournent de mains en bouches, des Gibson, des Fender et des Marshall 3 corps. Eddie mit d’ailleurs tout le monde d’accord en se pointant le sourire béat armé d’une Strat démolie avec un manche d’Explorer, scotchée, pansée de tous les bouts avec un seul micro et un vibrato martien sonnant comme jamais personne n’avait imaginé qu’une guitare pouvait sonner… La grande époque oui, assurément, celle où on investissait les quelques francs que l’on ne gagnait pas dans des albums vinyles, avec une « vraie » pochette en grand format et des photos à l’intérieur… On l’a écouté ce Van Halen « First », tellement de fois que l’on finissait par voir au travers à force d’y graver le diamant de la cellule Sure qui nous transportait dans une autre dimension.

imageArticle



Tout a été dit sur « Eddie » mais je veux ici le célébrer comme il se doit, même si c’est une fois de plus et que ça ne le fera pas revenir… Même si ce petit site de guitare n’a qu’à bien se tenir face à ce géant qui a changé le monde, en tout cas mon monde à moi, le jour où j’ai entendu « Eruption » pour la première fois. Je ne suis pas sûr que l’on mesure bien à quel point il a révolutionné la planète guitare… Que ce soit techniquement, mélodiquement, rock’n rollment… Je n’ose imaginer cette planète sans lui. Qu’auraient bien pu inventer des Randy Rhoads, des Steve Vai, des Satriani ? Quelques babioles sans doute, ils l’ont fait d’ailleurs à leur mesure, mais c’était sur la base du ciment d’Eddie, avec les bases du son d’Eddie, de sa créativité, de son génie. Ses doigts sont dans tous les doigts des stars du genre, de très près ou de plus loin mais sans aucun doute, ils y sont.

imageArticle



Evidemment, ces crétins de radios et de télévisions sont allés chercher « Jump » sans se préoccuper du reste et sans peut-être même savoir qu’au démarrage, Eddie était quand même un peu un guitariste… Bref, les 30 secondes de chorus dans Jump en disent déjà long sur le personnage mais il y avait pourtant de quoi faire dans la discographie de Dieu pour « allumer le feu » autrement… Ces putains de cierges nous enfument déjà assez la vie que nous avons encore, nous, pauvres vivants.

L’émotion est grande, monumentale autant que la claque je vous dis…

Je vais devoir désormais composer sans toi. Je ferai de mon mieux pour ne pas « écorcher » tes plans lorsque j’oserai m’y frotter. Je taperai sur les cases comme je pourrai, avec les larmes au fond des yeux, mais c’est sûr qu’à chaque note, je penserai à toi.
Keep on Runnin’With The Devil grand maître !!!

imageArticle